gh4.jpg

Une semaine, un oiseau

Le Harle bièvre

Harle bièvreDate de parution : 29 janvier 2017

Avec son corps blanc, le milieu de son dos noir et sa tête vert foncé, le mâle de Harle bièvre (Mergus merganser) est un facile à identifier. La femelle, gris clair à cou blanc et tête brune ornée d’une huppe, se reconnaît aussi aisément. Autre caractère distinctif de ce grand canard (jusqu’à 66 cm de long), son long bec fin crochu rouge adapté à la capture des petits poissons et des invertébrés aquatiques qui forment l’essentiel de sa nourriture.

On le voit souvent occupé à regarder sous l’eau pour repérer ses proies qu’Il poursuit en se propulsant uniquement à l’aide de ses pattes. Il doit son qualificatif de « bièvre »  ancien nom du castor, au fait qu’il se nourrit de poissons car on croyait autrefois que le castor était, lui aussi, piscivore.

 

Un canard cavernicole

Le Harle bièvre niche dans des trous d’arbres en bordure de grands lacs ou le long de rivières de montagne bordées d’arbres. Les poussins, au nombre de 8 à 12, sautent du nid à l’âge de 2 jours. Leur poids très léger et leur duvet très souple leur permettent d’arriver au sol sans se blesser. La femelle s’occupe seule de l’incubation et de l’élevage des jeunes qui pourront voler à l’âge de 10 semaines. Durant les premiers jours de leur existence, les poussins se font souvent transporter sur le dos de leur mère. C’est une espèce sociable et il arrive que plusieurs femelles pondent dans le même nid.

Cette oiseau niche  dans les régions nordiques d’Europe, d’Asie et d’Amérique avec des petites populations isolées dans les Alpes et les Balkans. En France, où elle est en légère expansion,  elle se reproduit essentiellement sur les bords du lac Léman.  Comme les deux autres harles que l’on peut observer en France, c’est une espèce totalement protégée.

En hiver, on trouve le Harle  bièvre sur les grands plans d’eau comme le lac du Der où plus de 100 individus sont normalement présents de novembre à début mars. Il vous reste donc quelques semaines pour venir découvrir ce beau canard.

Gérard Rolin

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

 Chaque semaine, le magazine dominical du Journal de la Haute-Marne publie une rubrique intitulée « Une semaine, un oiseau ». Les articles sont rédigés par la LPO Champagne-Ardenne et BirDer.
 

logo LPO CA       logo jhm   birder    

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous êtes ici : Accueil Découverte Une semaine, un oiseau Le Harle bièvre