gh4.jpg

Une semaine, un oiseau

La Fauvette à tête noire

fauvette a tete noire img 0265Date de parution dans le JHM : 5 mars 2017

C’est vers la mi-mars que les mâles de la Fauvette à tête noire Sylvia atricapilla vont à nouveau égayer nos jardins, nos haies et nos sous-bois de leur chant mélodieux et fluté.

Objectif, attirer une femelle et délimiter un territoire sur lequel le couple pourra nicher et trouver suffisamment d’insectes et de larves pour nourrir ses 2 nichées. En attendant l’arrivée de la femelle, le mâle commence à faire plusieurs ébauches de nid et c‘est elle qui choisira d’en terminer une ou de tout recommencer. Les 2 parents s’occupent de la couvaison et de l’élevage des jeunes.

De la taille d’un moineau, cette espèce est facilement identifiable à son plumage gris et sa calotte, noire chez le mâle et brun-roux chez la femelle et les jeunes. Elle n’a donc pas la tête noire et son nom scientifique qui signifie « à cheveux noirs est plus approprié que son nom français.

Des mutations très rapides

La Fauvette à tête noire est l’un des passereaux les plus communs en Europe. Alors que sa vaste aire d’hivernage s’étend de la moitié sud de la France à l’Afrique de l’ouest et, à l’est, jusqu’en Tanzanie, depuis une cinquantaine d’années, une partie des fauvettes à tête noire des plaines d’Europe centrale s’est mise à hiverner en Grande-Bretagne. Il n’a fallu que quelques générations pour que ce nouveau trajet s’inscrive dans ses gênes. Plus surprenant encore, ces fauvettes hivernant outre-Manche fréquentent assidûment les mangeoires où une nourriture variée leur est généreusement offerte. Elles deviennent alors granivores alors qu’elles sont normalement insectivores. En quelques décennies seulement, leur bec s’est allongé et, comme elles migrent moins loin que celles qui partent vers le sud, leurs ailes s’arrondissent. Un léger changement de la couleur de leur dos est également en train de se faire. On assiste donc à un processus évolutif extrêmement rapide alors que l’on imaginait que cela prenait un temps infini.

Gérard Rolin

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

 Chaque semaine, le magazine dominical du Journal de la Haute-Marne publie une rubrique intitulée « Une semaine, un oiseau ». Les articles sont rédigés par la LPO Champagne-Ardenne et BirDer.
 

logo LPO CA       logo jhm   birder    

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous êtes ici : Accueil Découverte Une semaine, un oiseau La Fauvette à tête noire