F.Goussard-2b.jpg

Hortobagy

drapeau gbhnpi logo transp  

La grue cendrée a niché en Hongrie jusqu'à la fin du 19ème siècle, ce qui correspond au commencement des programmes de recalibrage des grands cours d'eau et d'assèchement des marais. Néanmoins la Hongrie reste un des plus importants sites de stationnement de la grue cendrée en Europe.

Jusqu'à la fin des années 70, le Lac de Kardoskut dans le sud du pays était le principal site de stationnement pour les grues durant les migrations automnales et printanières. A partir du début des années 80, ce sont les étangs artificiels de la région d'Hortobagy qui commencèrent à jouer ce rôle. Plusieurs explications peuvent être données:

  • l'assèchement du lac Kardoskut suite à une longue période de sécheresse,
  • une chasse intensive sur ce site,
  • une chasse en revanche réduite à l'intérieur du Parc d'Hortobagy,
  • par ailleurs la vidange des grands étangs de pêche (méthode de pêche traditionnelle) a coïncidé avec les pics de migration des grues. Ainsi, le nombre de grues en stationnement lors des pics migratoires est passé de 3 000 en 1983 à 65 000 en 1993,

Source : www.hnp.hu
Source : www.hnp.hu
Source : www.hnp.hu
Source : www.hnp.hu

Le nombre de grues observées dans le Parc National d'Hortobagy augmente régulièrement. Il est passé de 3 000 en 1983 à 65 000 en 1993, pour atteindre 120 000 en 2015. Les autres sites de repos, de 3 à 15 en fonction du volume des précipitations et du remplissage des marais, accueillent 2 000 à 70 000 grues de la mi-septembre à fin novembre, le pic étant atteint fin octobre.

Il est important de noter le nombre croissant de grues qui estivent dans le Parc d'Hortobagy : de 100 individus au début des années 80, elles sont à présent près de 600 chaque été. On note également quelques cas d'hivernage lors des hivers doux.

Reconnaissant l'importance d'Hortobagy quant à la sauvegarde et à la protection des grues cendrées, le conseil d'administration du Parc National a mis en place un programme de protection:

  • interdiction de la chasse sur et à proximité des sites de stationnement,
  • un accès au public limité sur ces zones,
  • la sauvegarde des sites de stationnement des grues est une préoccupation majeure dans la conservation des zones humides à l'intérieur du parc national,
  • du maïs est semé sur des zones arables où le dérangement est moindre afin d'y attirer des grues.
  • la sensibilisation du public est un point important du programme.

Informations : Zsolt Végvári (Hortobágy National Park)