Cette semaine sur le Der

Cette semaine sur le Der : le Goéland cendré

Goéland cendré par D. FourcaudLe Goéland cendré ressemble au Goéland argenté mais est nettement plus petit. De plus, son bec est plus fin et plus court. Cette espèce occupe le nord de l’Eurasie et de l’Amérique du Nord. En Europe, la France se trouve à la limite sud de son aire de répartition.
Ce goéland est fréquent dans la région en hiver. Il devient cependant beaucoup plus rare en été. Il niche de manière exceptionnelle en Champagne-Ardenne ; le lac du Der fait partie des rares sites français où des reproductions ont été notées.

 

Extrait de l'atlas des oiseaux de Champagne-Ardenne

Le Goéland cendré L. c. canus occupe toute la partie septentrionale du Paléarctique. Avec une cinquantaine de couples nicheurs répartis dans le Nord et le Nord-Ouest, la France se situe en limite sud de son aire de répartition. En hiver, les régions côtières du Nord-Ouest accueillent les plus gros effectifs. L’espèce se rencontre également de manière clairsemée à l’intérieur des terres dans toute la moitié nord du pays.

 

Hôte hivernal des plans d’eau

Accidentel avant 1960, le Goéland cendré a vu son statut changer avec la mise en eau des grands lacs de Champagne humide. Les effectifs hivernants, modestes dans les années 1970 (10-20 oiseaux sur chacun des grands lacs), atteignent 70 à 90 pour l’ensemble des lacs et les ballastières de la vallée de la Meuse-08. Depuis, ils fluctuent de quelques dizaines à quelques centaines d’individus suivant les rigueurs hivernales (619 en 2006 dont 400 sur la vallée de la Meuse, mais seulement 31 en 2009). Dès la fin juin, quelques individus isolés peuvent être observés en halte sur les pièces d’eau, en particulier dans les Ardennes. Ce sont souvent des jeunes en dispersion postjuvénile ou des immatures. La migration se poursuit avec un pic notable de mi-octobre à fin novembre (32 en migration active le 26 octobre 2002 à Bercenay-en-Othe-10). Les Goélands cendrés se mêlent volontiers en hiver aux bandes de Mouettes rieuses en dortoir ou pour la recherche de nourriture. À partir de mi-février commence la migration prénuptiale qui culmine en mars. Dès la fin de ce mois, les observations deviennent rares. En plus des plans d’eau, les oiseaux peuvent être vus sur les vallées, dans les prairies humides et sur les décharges.

 

 

Pour en savoir davantage et découvrir d'autres espèces, retrouvez tous nos articles par ordre de parution sur notre site internet, rubrique "Cette semaine sur le Der".

Vous êtes ici : Accueil Découverte Cette semaine sur le Der Cette semaine sur le Der : le Goéland cendré