196.jpg

Une semaine, une espèce

Fauvette des jardins

Date de parution dans le JHM : 27 mai 2018fcfauvette

Lorsqu’ils ont dans leurs jumelles ou dans leurs longues-vues un oiseau « qui ne ressemble à rien », les ornithologues ont coutume de dire que c’est une Fauvette des Jardins (sylvia borin).

Ce petit passereau d’allure ronde et de la taille d’un moineau présente en effet un plumage sans signe distinctif majeur. Le plumage est majoritairement brun-gris sur le dessus du corps tirant sur le beige clair sur la partie inférieure du corps. Contrairement à ce que pourrait laisser penser son appellation commune, cet oiseau ne fréquente que très peu les jardins. Son habitat se limite généralement aux forêts faiblement boisées et aux zones buissonnantes d’où sa dénomination latine (sylvia : forêt). En dehors des milieux forestiers, la Fauvette des jardins peut également se rencontrer dans les haies épaisses et les lisières relativement touffues. Si son plumage relativement neutre lui permet de se dissimuler dans la végétation, elle est toutefois facilement repérable par son chant à la fois puissant et mélodieux.

Des effectifs en déclin

De retour de ses zones d’hivernage, la Fauvette des jardins s’installe dans notre région dans la seconde quinzaine du mois d’avril. Après avoir choisi son territoire, le couple édifie son nid généralement à moins de 1 m du sol dans un buisson ou un fourré. Constitué majoritairement de brindilles d’herbes sèches, il reçoit de 4 à 5 œufs qui sont couvés par les deux parents durant une douzaine de jours en moyenne. L’envol des jeunes intervient en général fin juin – début juillet. Dans la mesure où la reproduction intervient relativement tardivement dans la saison il y a rarement de seconde ponte. Le régime alimentaire de la Fauvette des jardins se compose d’insectes, de chenilles et d’araignées durant la période de reproduction. A d’autres moments, elle consomme davantage des fruits (cerises, framboises, mures) et des baies (sureau, cornouillers...). Migrant de nuit, la Fauvette des jardins quitte nos contrées à la fin du mois de juillet pour rejoindre ses sites d’hiverne en Afrique subsaharienne. Si cette espèce n’est pas considérée comme menacée pour le moment, les données récoltées lors des suivis réalisés régulièrement montre une baisse des effectifs de 40% lors du dernier quart de siècle.

Étienne Clément

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

 Chaque semaine, le magazine dominical du Journal de la Haute-Marne publie une rubrique intitulée « Une semaine, une espèce ». Les articles sont rédigés par la LPO Champagne-Ardenne et BirDer.
 

logo LPO CA       logo jhm   birder    

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous êtes ici : Accueil Découverte Une semaine, une espèce Fauvette des jardins