Chaque semaine, le magazine dominical du Journal de la Haute-Marne publie une rubrique intitulée « Une semaine, une espèce». Chacun des portraits qui y sont présentés est co-rédigé par la Ligue pour la protection des oiseaux de Champagne-Ardenne et BirDer, entreprise spécialisée dans les sorties ornithologiques.
Retrouver ici, l’ensemble des chroniques déjà publiées pour faire découvrir ou mieux connaître les oiseaux qui fréquentent les plans d’eau, les plaines, les forêts ou encore les villes et les villages de notre territoire.

bihoreau.gris.dico.4Date de parution dans le JHM : 17 juillet 2016

Appartenant à la famille des hérons, le Bihoreau gris (Nycticorax nycticorax) fait partie de ces oiseaux discrets  que peu de gens connaissent et ont l’occasion d’observer. Son nom scientifique signifie « Corbeau de nuit ». C’est en effet une espèce qui se nourrit  surtout au crépuscule et la nuit et qui passe  l’essentiel de ses journées  cachée dans les arbres au bord des étangs et cours d’eau calmes de faible profondeur. Il est, de plus, plutôt rare dans notre région et proche de la limite nord de son aire française de répartition.

blaireau d'Europe Date de parution dans le JHM : 15 septembre 2019

Régulièrement surnommé de "petit ours des bois", le Blaireau (Meles meles) est pourtant classé dans une autre famille que les Ursidés, à savoir les Mustélidés. C’est même le plus gros représentant de cette vaste famille des Mustélidés qui compte notamment la Martre, le Putois, la Belette ou encore la Loutre.

blongios nain 7378 fdDate de parution dans le JHM : 9 juillet 2017

« Ouôr…ouôr…ouôr… » répété inlassablement toutes les 2 secondes depuis la roselière, surtout en début et en fin de journée, une sorte d’aboiement rauque trahit la présence du plus petit héron d’Europe, et l’un des plus petits au monde : le Blongios nain (Ixobrychus minutus). 

bondre e apivore honey buzzard pernis apivorus luknajno pologne 9 version 2Date de parution dans le JHM : 3 juillet 2016

La Bondrée apivore (Pernis apivorus) est l’un de ces oiseaux bien présents dans notre région mais que peu de gens connaissent. Pouvant atteindre 1,50 mètre d’envergure, ce rapace un peu plus grand qu’une buse est en effet un oiseau discret qui, de surcroît, ne passe que peu de temps chez nous., du fait de son régime alimentaire très spécialisé.  Elle s’en distingue principalement par son cou plus fin et sa petite tête qui dépasse, en vol, le bord des ailes, ses ailes moins larges que celle d’une buse et sa queue plus longue.

bouvreuil trompeteur3657Date de parution dans le JHM : 6 novembre 2016

Le Bouvreuil pivoine (Pyrrhula pyrrhula) est un de nos passereaux les plus majestueux. Le rouge rosâtre, présent sur sa poitrine, tranche avec le noir intense que l’on retrouve sur sa tête, sa calotte et sa queue. C’est un oiseau massif, granivore, qui possède un large bec puissant.

Bruant des roseaux Date de parution dans le JHM : 2 août 2020

Présent au sud du département sur les lacs de Langres et au Der, la Haute-Marne est cependant peu fréquentée par ce petit passereau (15 cm, 20 grammes) qui s’est localement adapté aux modifications de son milieu naturel.

bruant jaune7023Date de parution dans le JHM : 13 août 2017

Un peu plus gros qu’un moineau et dotée d’une longue queue, le Bruant jaune (Emberiza citrinella) s’en distingue également par son plumage particulièrement spectaculaire en période nuptiale. Le mâle présente une tête et une poitrine jaune vif teintées de brun et de roux

bruant proyer7448 fcDate de parution dans le JHM : 18 juin 2017

La famille des bruants compte une centaine d’espèces réparties dans le monde. Quatre sont nicheuses en Champagne-Ardenne (Bruant jaune, Bruant zizi, Bruant des roseaux et Bruant proyer Emberiza calandra).

Bruant zizi Date de parution dans le JHM : 7 juillet 2019

Ce passereau, généralement sédentaire, ressemble au Bruant jaune. Plus discret, le mâle se différencie par une face rayée, une gorge et un trait sourcilier noirâtres et par la couleur du croupion et des sous-caudales brun-olive terne.

a056 n4 img 6083 5 alain balthazardDate de parution dans le JHM : 16 avril 2017

Revenant de ses quartiers d’hiver africains, c’est vers la fin de mois d’avril que ce gracieux rapace (Circus pygargus) fait son apparition dans notre département pour s’y reproduire.

Vous êtes ici : Accueil Découverte Une semaine, une espèce Une semaine, une espèce (ordre alpha)