Chaque semaine, le magazine dominical du Journal de la Haute-Marne publie une rubrique intitulée « Une semaine, une espèce». Chacun des portraits qui y sont présentés est co-rédigé par la Ligue pour la protection des oiseaux de Champagne-Ardenne et BirDer, entreprise spécialisée dans les sorties ornithologiques.
Retrouver ici, l’ensemble des chroniques déjà publiées pour faire découvrir ou mieux connaître les oiseaux qui fréquentent les plans d’eau, les plaines, les forêts ou encore les villes et les villages de notre territoire.

Date de parution dans le JHM : 11 février 2018a038 butor etoile francis cauet

Héron mythique de nos étangs, le Butor étoilé (Botaurus stellaris) doit son nom à son chant si particulier, sorte de mugissement audible à plusieurs kilomètres. On peut principalement l’entendre à la tombée de la nuit et avant le début du jour.

Date de parution dans le JHM : 4 février 2018a166 n1 grive mauvis jean claude le hir

Des 4 espèces de grives qui fréquentent notre région, la Grive mauvis (Turdus illiacus) est la seule qui n’y niche pas. Originaire des régions nordiques, de l’Islande à l’Ouest de la Russie, elle n’est présente chez nous qu’en migration et en hivernage. Mesurant en moyenne 21 cm de long pour un poids de 50 à 70 grammes, elle est un peu plus petite que les autres grives et se reconnaît notamment à son grand sourcil blanc et ses flancs roux.

Date de parution dans le JHM : 28 janvier 2018ecllongqueue083

Ne vous fiez pas à son nom, cette Mésange n’en est pas une, contrairement à ce que l’on a longtemps cru. Les études génétiques ont récemment montré qu’elle faisait en fait partie d’une autre famille (les aegithalidés) dont elle est la seule représentante européenne. Elle vient d’ailleurs de changer aussi de nom : désormais, elle s’appelle officiellement Orite à longue queue (Aegithalos caudatus).

Date de parution dans le JHM : 21 janvier 2018buse variable1509

Pouvant être d’un brun très foncé ou presque blanche, avec tous les intermédiaires possibles, la Buse variable (Buteo buteo) est l’un de nos rares oiseaux dont le plumage peut varier considérablement d’un individu à l’autre, d’où son qualificatif.

Date de parution dans le JHM : 14 janvier 2018merle noir

De 24 à 29 cm de long pour une centaine de grammes, un plumage uniformément marron pour la femelle ou entièrement noir avec le bec jaune et un élégant cercle oculaire de la même couleur pour le mâle, vous aurez reconnu le Merle noir (Turdus merula), l’un des oiseaux les plus familiers et les plus connus de nos forêts, des jardins de nos campagnes et même de nos grandes villes.

Date de parution dans le JHM : 7 janvier 2018mesange bleue ecl

Espèce commune et présente sur l’ensemble de la région, la mésange bleue (Cyanistes caeruleus) intègre la famille des paridés, terme d’origine latine (parra ou parrus) qui signifie bizarrement et injustement "oiseau de mauvais présage".

Date de parution dans le JHM : 24 décembre 2017garrot oeil.dor fc 1460241

Avec son plumage d’un blanc éclatant contrastant fortement avec son dos noir et sa tête vert foncé ornée d’une grosse tache blanche entre son œil jaune d’or et son petit bec noir, le mâle de ce canard plongeur est facilement reconnaissable.

Date de parution dans le JHM : 17 décembre 2017eclhibou1 1

Le Hibou Moyen-Duc (Asio otus) recherche les milieux ouverts et déserte l’intérieur des massifs forestiers. Il aime chasser dans les grands espaces (cultures, prairies, marais et lisières forestières) composés de petits boisements indispensables au repos diurne et à la nidification.

a209 choucas des tours fabrice cahezDate de parution dans le JHM : 10 décembre 2017

S’il fait partie de la famille des corvidés et s’il est souvent confondu avec la corneille noire ou le corbeau freux, le choucas des tours (corvus monedula) s’en distingue toutefois par sa taille légèrement inférieure et par son plumage qui n’est pas entièrement noir, la nuque et les côtés de la tête étant nettement gris.

tadorne belon5613 fabrice croset lddDate de parution dans le JHM : 3 décembre 2017

Tête  et haut du cou vert foncé, corps blanc orné d’une large bande rouille qui encercle l’avant du corps, bec rouge orné d’un tubercule chez le mâle, le Tadorne de Belon (Tadorna tadorna), le plus grand de nos canards de surface,  ne peut être confondu avec aucun autre.

 

 Chaque semaine, le magazine dominical du Journal de la Haute-Marne publie une rubrique intitulée « Une semaine, une espèce ». Les articles sont rédigés par la LPO Champagne-Ardenne et BirDer.
 

logo LPO CA       logo jhm   birder    

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous êtes ici : Accueil Découverte Une semaine, une espèce Une semaine, une espèce (ordre de parution)