Actualités

Cette semaine sur le Der : le Chevalier arlequin

Chevalier arlequin par F. CrosetCe limicole au dimorphisme saisonnier très marqué a de longues pattes orange et un plumage gris et blanc en période internuptiale. En période de reproduction, le plumage et les pattes du Chevalier arlequin virent au noir. 
Il niche dans les zones arctiques, de Scandinavie et de Sibérie orientale, et hiverne en Afrique subsaharienne et sur les côtes atlantique et méditerranéenne dans une moindre mesure. 
L’espèce peut être observée en grand nombre sur le lac du Der pendant la migration postnuptiale. Cependant, elle est nettement plus discrète pendant la migration prénuptiale. L’hivernage du Chevalier arlequin est de plus en plus régulier sur le lac ces dernières années. Le nombre d’hivernants reste quant à lui modeste (10-20 individus).

 

Extrait de l'atlas des oiseaux de Champagne-Ardenne

"Cet élégant chevalier au dimorphisme saisonnier très marqué niche dans les zones arctiques, de la Scandinavie à la Sibérie orientale. Il hiverne sur les rives atlantiques et méditerranéennes mais l’essentiel de la population occidentale passe l’hiver en Afrique subsaharienne.

 

Passage prénuptial discret

Ce limicole entreprend de longs vols migratoires entre quelques zones de halte privilégiées. Il se montre plutôt rare au printemps, sur les rives des plans d’eau et les franges des prairies inondées. Entre 2000 et 2012, les effectifs champenois n’ont atteint ou dépassé la dizaine d’oiseaux qu’à 6 reprises de début mars à début mai. Il semblait plus abondant par le passé, notamment durant une brève période centrée sur une semaine, du 29 avril au 5 mai, alors marquée par quelques belles observations : maxima de 28 à Attigny- 08, de 28 et 51 en Argonne, 95 sur le lac du Der-51-52 [1]. Les derniers passent à la mi-mai, laissant parfois derrière eux quelques attardés début juin.

 

Migration postnuptiale plus étalée et plus dense

Plus encore qu’au printemps, les grands plans d’eau aux rives boisées – lacs aubois, étang de la Horre-10-52, lac du Der et ses étangs satellites d’Outines – drainent la majorité des migrateurs tandis que les plus petits, gravières et bassins de décantation, n’attirent que des isolés et petits groupes dépassant rarement la dizaine d’individus [...]"

 

 

Vous êtes ici : Accueil LPO CA Actualités Cette semaine sur le Der Cette semaine sur le Der : le Chevalier arlequin