sd9.jpg

Les cardères

cardere Les cardères appartiennent à la famille des Dipsacées et n'ont aucune parenté, malgré les apparences, avec les chardons (qui appartiennent à la famille des Composées). Leur nom scientifique vient du grec dipsaô signifiant " j'ai soif " (feuilles caulinaires de la Cardère sauvage soudées en godets retenant l'eau de pluie).

 

 

La Cardère poilue (Dipsacus pilosus), assez rare, pousse en lisière de bois, souvent le long des fossés ou au bord des ruisseaux, car elle a besoin de beaucoup d'humidité. Elle est assez commune en France mais absente de la région méditerranéenne et dans l'Ouest. Ses exigences écologiques la rendent assez difficile à introduire au jardin.
En revanche, la Cardère commune (Dipsacus sylvestris) mérite d'être introduite au jardin où elle fera figure de plante ornementale pittoresque. Une autre espèce de cardère mérite également d'être semée au jardin : la Cardère sauvage ou à foulon (Dipsacus fullonum).

 

Description, biologie

Les cardères sont des plantes de grande taille, jusqu'à 2,40 m. Les feuilles sont lancéolées. Les fleurs sont pourpre pâle, disposées en capitules épineux coniques chez la Cardère sauvage et globuleux chez la Cardère poilue.

Les cardères sont des plantes bisannuelles : leur graine germe en avril de première année pour former en automne une rosette de feuilles au ras du sol. Au printemps de la seconde année, les cardères se développent en hauteur (pouvant atteindre deux mètres) pour fleurir en juillet - août. Les graines mûrissent en septembre - octobre, puis la plante meurt.

La Cardère commune pousse spontanément sur le bord des chemins, tandis que la Cardère à foulon est une plante cultivée et ne survit que là où l'homme la sème.

 

Intérêt pour la faune

Les cardères sont des "plantes-hôtes" particulièrement utiles à la faune sauvage :

  • leurs feuilles inférieures, réunies à leur base, forment un godet qui permet de recueillir jusqu'à un litre d'eau... un véritable abreuvoir conçu par Dame Nature ! D'où le nom de "cabaret des oiseaux" que certains donnent à ces plantes. En outre, la chenille d'un papillon nocturne qui ressemble à un gros bourdon (son nom est d'ailleurs "sphinx-bourdon") se nourrit de ce précieux feuillage.
  • leurs fleurs sont une excellente source de nectar pour les abeilles, les bourdons, les syrphes et les papillons.
    Parmi les papillons qui sont attirés particulièrement par ces fleurs, on compte les plus colorés de la région, comme le Paon du jour, le Vulcain, la Belle-dame, le Tabac d'Espagne,...
  • leurs graines (jusqu'à 600 par " pompon ") attirent les oiseaux granivores et notamment le Chardonneret élégant, le Tarin des aulnes ou la Linotte mélodieuse. Ces graines sont très recherchées par les oiseaux du fait de leur richesse calorique: elles contiennent jusqu'à 22 % d'huile.
  • leurs tiges creuses, lorsqu'elles se dessèchent au cours du deuxième hiver, servent de site d'hivernage à de nombreux insectes.

 

Au jardin

Il est facile d'introduire les cardères dans un jardin : il suffit de semer les graines en avril sur un sol nu, soigneusement désherbé et biné, d'enterrer légèrement les graines d'un coup de râteau (comme des graines de salade ou de radis) puis d'arroser. Au fur et à mesure de la levée, il faudra éclaircir la plantation de façon à ne conserver que des pieds espacés les uns des autres d'au moins 40 à 50 cm.
Pour bien se développer, les cardères ont besoin de beaucoup de soleil. Il faut donc éviter de les semer sur des sites ombragés.

 

Texte en partie extrait d'une fiche "refuge LPO".