190.jpg

Regroupements d’étourneaux et de corvidés

corbeaux h georgetEn ville, les personnes vivant à proximité de grands regroupements d’oiseaux se plaignent du bruit (colonies de corbeaux freux par exemple) ou de la saleté liée aux fientes (dortoirs d’étourneaux et de corbeaux freux en priorité).

Ces espèces sont toutes susceptibles d’être classées nuisibles en fonction des arrêtés préfectoraux pris dans chaque département. La LPO est bien entendu contre le piégeage, le tir des adultes en période de reproduction et les empoisonnements. Elle n’est par contre pas hostile à des opérations de dérangement et d’effarouchements localisés afin de limiter les dortoirs ou éloigner des colonies.

Les Corbeaux freux s’installent souvent dès le mois de janvier, alors que la nidification proprement dite ne débute qu’en mars. Bien que les jeunes soient en général prêts à quitter le nid fin juin, il arrive que les oiseaux continuent de fréquenter régulièrement les colonies jusqu’au mois de septembre. Les corbeaux freux ont besoin d’arbres très ramifiés pour pouvoir y construire leur nid faits de branches.

Les solutions les plus efficaces nécessitent une intervention avant la période de reproduction ou durant l’installation des couples. L’automne et le tout début de l’hiver sont donc conseillés.

- Elaguer et tailler plus fréquemment les arbres concernés afin de les rendre moins attractifs. Les nids sont également retirés et les branches sur lesquelles les oiseaux bâtissent leurs nids sont élaguées.

- L’émission de cris de détresse peut s’avérer efficace, pour autant qu’elle ait lieu peu avant ou durant la période de ponte, à intervalles irréguliers.

- La méthode des rayons laser a porté ses fruits dans différentes villes de France. Elle doit être appliquée à plusieurs reprises lors de la formation de la colonie, à la nuit tombante.

Attention, si plusieurs colonies se trouvent dans une seule localité, les interventions doivent se restreindre aux colonies les plus gênantes. Les autres colonies ne doivent pas être perturbées, afin de permettre aux individus des colonies problématiques de s’y installer. Si il n’existe pas de colonies de repli, de nouvelles colonies seront créées ce qui ne ferait que déplacer le problème.

Pour les étourneaux, les cris de détresse est une solution à tester. Il existe également des matériels d’effarouchement INRA : détonations, leurres, fusées crépitantes.
D’une manière générale, ces techniques fonctionnent mais attention à l’accoutumance. Comme pour les corbeaux, les dortoirs les moins problématiques doivent être préservés afin de permettre aux oiseaux de trouver une zone de repli. En fonction du type de végétation accueillant les étourneaux en dortoir, un élagage ou un débroussaillage automnal, chargé de réduire les perchoirs, doit être couplé à l’effarouchement.

 

Vous êtes ici : Accueil SOS Faune Cohabitation/médiation Regroupements d’étourneaux et de corvidés