4.jpg

Une semaine, une espèce

Garrot à oeil d'or

Date de parution dans le JHM : 24 décembre 2017garrot oeil.dor fc 1460241

Avec son plumage d’un blanc éclatant contrastant fortement avec son dos noir et sa tête vert foncé ornée d’une grosse tache blanche entre son œil jaune d’or et son petit bec noir, le mâle de ce canard plongeur est facilement reconnaissable.

La femelle, plus discrète, grise à tête marron avec un fin collier blanc se repère à sa silhouette caractéristique, la grosse tête de cette espèce lui ayant valu son nom scientifique « Bucephala » qui signifie « à tête de taureau ».

Un canard cavernicole

Le Garrot à œil d’or (Bucephala clangula) niche normalement dans un trou d’arbre. La femelle pond de 6 à 15 œufs qu’elle couve seule mais l’incubation commence après la ponte du dernier, les petits devant quitter le nid tous ensemble lorsqu’ils sont âgés de 24 à 35 heures. 3 ou 4 jours avant l’éclosion, les poussins commencent à communiquer en émettant des cris à l’intérieur de l’oeuf ce qui leur permet de se synchroniser pour l’éclosion. Lorsqu’ils quittent le nid en sautant dans le vide, leur épais duvet leur permet d’atterrir sans se blesser. Ils suivent ensuite leur mère jusqu’à l’eau. Ils seront capables de voler à l’âge de 2 mois et de se reproduire à 2 ans.

Favorisée dans certains pays par la pose de nichoirs, la population européenne de Garrots à œil d’or a augmenté au cours des dernières décennies. Originaire des régions nordiques, ce beau canard hiverne essentiellement sur les côtes de la Mer du Nord et de la Baltique mais fréquente également en petit nombre, de novembre à mars, les grands plans d’eau de notre région. Se nourrissant essentiellement de mollusques, de crustacés et de petits poissons, il est souvent très actif, capable de plonger jusqu’à 9 mètres de profondeur et de rester 50 secondes sous l’eau et peut donc passer inaperçu. On le rencontre le plus souvent en petits groupes de quelques individus, les femelles étant la plupart du temps plus nombreuses que les mâles qui s’aventurent moins loin pour hiverner. Dès le mois de janvier, on peut admirer la parade des mâles qui rejettent leur tête en arrière pour séduire les femelles., le signe que le printemps n’est pas loin et que le retour vers les sites de nidification approche.

Gérard Rolin

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

 Chaque semaine, le magazine dominical du Journal de la Haute-Marne publie une rubrique intitulée « Une semaine, une espèce ». Les articles sont rédigés par la LPO Champagne-Ardenne et BirDer.
 

logo LPO CA       logo jhm   birder    

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous êtes ici : Accueil Découverte Une semaine, une espèce Garrot à oeil d'or