eg_ch.jpg

Lire la suite...Le 21 mars dernier, soit il y a à peine 1 mois et demi, paraissaient les conclusions de deux études menées par le Muséum National d’Histoire Naturelle et le CNRS sur l’état de conservation des populations d’oiseaux des campagnes françaises. Ces études ont été largement reprises et commentées dans les médias locaux et nationaux. M. HULOT, ministre de la transition écologique a fait une intervention remarquée le mercredi 21 mars devant l’Assemblée Nationale en déplorant le fait que la biodiversité, "tout le monde s'en fiche".

Force est de constater que Nicolas HULOT a raison. Tout le monde s’en fout…. à commencer par l’une des entreprises qui dépend de l’ETAT en l’occurrence la SNCF .

La ligne ferroviaire entre Brienne-le-Château et Vitry-le-François est actuellement l’objet d’importants travaux de broyage de végétaux. Sans remettre en cause l’utilité de ces opérations, la LPO Champagne-Ardenne déplore toutefois leurs mises en œuvre en pleine période de reproduction en ce qui concerne l’avifaune.

Lire la suite...Le blaireau est victime d’un loisir extrêmement violent : le déterrage, encore appelé « vènerie sous terre ».

Vous aussi, exprimez-vous contre cette pratique barbare en signant une pétition destinée à alerter M. Nicolas Hulot, ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire (déjà plus de 30 000 signatures !).

 

Je signe la pétition : STOP aux déterrage des blaireaux !

 

Lire la suite...20 exploitations biologiques du Grand-Est se sont engagées avec Bio Grand-Est, les LPO Alsace et Champagne-Ardenne et la Fredon Alsace dans un ambitieux programme en faveur de la Biodiversité et de la Trame Verte et Bleue.

Des diagnostics écologiques sont en cours de réalisation sur ces fermes Bio- Diversité et suite aux préconisations, des aménagements seront mis en place.

En Champagne-Ardenne, ce sont 8 exploitations auboises et haut-marnaises (vignerons, céréaliers, éleveurs ...) qui se sont portées volontaires dans ce programme soutenu financièrement par la Région Grand Est et l’Agence de l’eau Rhin-Meuse.

Pour en savoir plus, il suffit de télécharger la plaquette Bio Grand Est présentant ce programme.

Plaquette de présentation du réseaux Fermes Bio-Diversité 2018-2019

 

Lire la suite...

Une roselière bien vivante   

S’il est plus particulièrement connu l’automne lors de la venue des Grues cendrées, le lac du Der-Chantecoq offre de nombreuses richesses ornithologiques à découvrir tout au long de l’année. C’est le constat qu’ont pu faire les personnes qui participaient samedi 26 mai à la sortie proposée par la LPO Champagne-Ardenne dans le cadre de la 12ème édition de la Fête de la Nature. Encadrés par plusieurs ornithologues bénévoles, la vingtaine de participants, pour certains venus du sud du département de Haute-Marne, ont pu observer quelques-unes des espèces typiques de la roselière. Hérons pourprés, Aigrettes garzettes, bihoreaux, rousserolles…ont pu être aisément observées grâce à la mise à la disposition de longues-vues et d’autant qu’en cette période dédiée à la reproduction la plupart des oiseaux sont tenus de garder le nid.

 

En outre et grâce à sa configuration, le lac du Der permet d’effectuer de belles observations sans occasionner de dérangements pour peu que les règles et les consignes soient respectées. Une avifaune qui demeure particulièrement riche et diversifiée grâce à la gestion adaptée dont profite cette zone humide que fréquentent plus de 300 espèces. Une gestion assurée par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) en partenariat avec la LPO Champagne-Ardenne. Au fil des pauses, les participants se sont rendus jusqu’à la zone classée en réserve intégrale où ils ont notamment pu observer une Tourterelle des bois, oiseau désormais classé parmi les espèces en danger au niveau mondial. Malgré une chute des effectifs particulièrement significative et inquiétante (80% en 30 ans), l’Etat français vient récemment de s’opposer à une proposition de la Commission européenne de moratoire de la chasse. Une décision aussi incompréhensible qu’inacceptable qui prouve une fois de plus le peu de cas fait aux enjeux de biodiversité dès lors qu’il s’agit de satisfaire aux lobbies cynégétiques.

 

Lire la suite...

A la découverte des plantes et des insectes des prairies de la Ferme aux Grues  

Animation financée par la région Grand Est, cette sortie qui s'est déroulée le 2 juin visait à découvrir la richesse de la biodiversité des prairies de la Ferme aux Grues. Les prairies sont des milieux menacés par l'abandon de l'élevage, l'intensification agricole, l'utilisation des pesticides...

Les visiteurs bien que peu nombreux, l'objectif de cette animation a tout de même été atteint. Chacun avec des filets à insectes, parapluies japonais, loupes et boites d'observation a pu se rendre compte de la richesse de ces milieux. Le but était de replacer les insectes trouvés dans 5 familles d'insectes : lépidoptères, hyménoptères, diptères, coléoptères et hémiptères. Après des débuts difficiles, les participants ont été rapidement plus à l'aise.

La végétation a également été abordée avec notamment la problématique d’une plante invasive posant des soucis à l'élevage, le Galéga officinal. Enfin, le nouveau verger de la Ferme aux Grues implanté à l'automne dernier a fait l'objet d'une petite présentation, les vergers faisant également partie des milieux riches en biodiversité et malheureusement en fort recul...

Merci aux participants pour leur bonne humeur !

 

Lire la suite...Les 24 H de la biodiversité 2018  se dérouleront le en Alsace mais aussi en Argonne les 02 et 03 juin à la limite de trois départements (51, 55 et 08).

Les 24h de la biodiversité est un moment convivial ouvert à tous les naturalistes associatifs . Le but principal est d'acquérir des données sur tous les taxons que ce soit la faune ou la flore dans ce secteur d'Argonne qui reste mal connu des naturalistes.
Cet évènement permet également un week-end d'échange entre associations naturalistes autour d'un verre le samedi soir avec repas "auberge à l'espagnole".

Tous les renseignements (lieux de rendez-vous et adresse du gîte) seront donnés lors de l'inscription : ReNArd 03.24.33.54.23 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Lire la suite...La bêtise n’a pas de limite.

La destruction intentionnelle d’un nid et de la couvée de cygnes tuberculés dans la nuit de vendredi à samedi 12 mai a suscité une grande et légitime émotion à Châlons-en-Champagne.

Le 21 mars dernier paraissaient les conclusions de deux études menées par le Muséum National d’Histoire Naturelle et le CNRS sur l’état de conservation des populations d’oiseaux des campagnes françaises. Des résultats qui confirment un constat pour le moins alarmant avec un effondrement généralisé d’un tiers des effectifs en 15 ans.

Les effectifs des oiseaux sont en chute libre, les colonies d’abeilles décimées, les rivières se vident … les scientifiques et des associations comme les nôtres alertent depuis plusieurs années sur les risques imminents d’une extinction de masse si aucun changement ne s’opère rapidement dans nos comportements et dans certaines de nos pratiques.

Certes, le Cygne tuberculé ne fait actuellement pas partie des espèces les plus concernées par cet effondrement généralisé de la biodiversité.

Plainte à venir

Fallait-il pour autant s’en prendre à ce couple qui couvait consciencieusement ses œufs sur le bord d’un bras de la Marne à Châlons-en-Champagne au grand bonheur des nombreux promeneurs qui fréquentent le site. Un peu de vie sauvage dans la ville qui pourraient s’en plaindre !

Chez cette espèce l'incubation dure environ 36 à 38 jours. Elle est essentiellement assurée par la femelle pendant que le mâle assure la surveillance du territoire.

Les parents devaient bientôt être récompensés de leurs efforts. C’était sans compter sur l’acte totalement gratuit perpétré par un ou plusieurs individus (on peine à penser qu’ils s’y sont mis à plusieurs pour réaliser un tel acte "héroïque") qui ont détruit le nid à coups de pierres et de briques. Un geste évidemment inexcusable pour lequel la LPO Champagne-Ardenne sera évidemment amenée à déposer plainte pour destruction d’espèce protégée. Ce qui, malheureusement, ne réparera pas le préjudice causé !

Lire la suite...Nous avons été informés le vendredi 21 avril par l’association CIEL Sud Haute-Marne qu’une opération de destruction de haies était en cours sur la commune de Val-de-Meuse (52). Un peu plus de 500 m de linéaire ont ainsi été arrachés à la pelle mécanique.

De fait cette opération de destruction a été réalisée en période de reproduction comme l’atteste la présence de plusieurs nids occupés.

Un mois plus tôt paraissaient les conclusions de deux études menées par le Muséum national d’Histoire naturelle et le CNRS sur l’état de conservation des populations d’oiseaux des campagnes françaises. Des résultats qui confirment un constat pour le moins alarmant avec un effondrement généralisé d’un tiers des effectifs en 15 ans.

« Cette disparition massive observée à différentes échelles est concomitante à l'intensification des pratiques agricoles ces 25 dernières années » indiquent les auteurs de ces études scientifiques.

La Direction départementale des territoires a aussitôt été sollicités. L’ONCFS et l’Agence Française pour la Biodiversité (AFB) se sont rendus sur place pour établir un constat et déclencher une action juridique. De notre côté, nous avons déposé plainte pour destruction d’habitats et d’espèces auprès du procureur.

 

 

Article de la Voie de la Haute-Marne du vendredi 4 mai : Coupes-sombres dans le département

busardsPorté par le GORNA, la candidature des 4 centres de sauvegarde de la Région Grand-Est (GORNA, CRESREL, CSFL et LPO Alsace) a été sélectionnée par un jury national du Ministère de la transition écologique et solidaire, de l’Adème et de l’Agence Française pour la Biodiversité dans le cadre du dispositif un « PROJET POUR LA PLANÈTE ».index

Ce projet vise au développement de la COOPÉRATION INTER-CENTRES DE SOINS DU GRAND-EST en dotant chacun des 4 centres d'un véhicule utilitaire neuf et deux ans de stock en matériel d’hygiène et de protections sanitaires...

Pour découvrir l’intégralité de notre vaste projet et nous aider à le concrétiser, suivez ce lien et cliquez sur l’onglet vert « VOTER POUR », en-haut à gauche de cette page.

Ne tardez pas, et PARTAGEZ très largement cet appel sur vos réseaux sociaux, auprès de vos amis et connaissances...
MERCI d’avance

Lire la suite...Suite à une consultation ouverte au public du 11 au 31 janvier dernier la Préfecture de l’Aube vient de décider de ne pas reconduire l’arrêté préfectoral autorisant le tir de nuit des renards par les lieutenants de louveterie pour l’année 2018.
La LPO Champagne-Ardenne se félicite de cette décision qui va dans le sens des démarches qu’elle mène depuis plusieurs années pour réhabiliter cet animal.
Une grande majorité (96%) des avis reçus en Préfecture étaient en effet défavorables au maintien de ces tirs de nuit.

Une utilité reconnue

Lire la suite...Parmi les arguments retenus, le rapport indique notamment que « L’utilité du renard est reconnue via ses fonctions de prédation sur les micromammifères. De nombreuses publications préconisent de favoriser les prédateurs pour lutter efficacement contre les campagnols ». Le rapport précise encore que la pression de prédation exercée par le renard contribue à limiter les dégâts aux cultures et la propagation de certaines maladies telles que la maladie de Lyme, l’Échinococcose alvéolaire ou encore la Fièvre Hémorragique à Syndrome Rénal qui sont transmissibles à l’Homme.
Ces arguments viennent en contradiction de ceux déposés pour justifier les tirs de nuit dans la mesure où plusieurs études montrent qu’une trop forte régulation à des effets contreproductifs. Ainsi l’Office Mondiale de la Santé et le Ministère de l’Ecologie déconseillent l'abattage des renards pour lutter contre l'évolution de l'échinococcose.

Autorégulation des effectifs

Il est également précisé que l'espèce s'autorégule en fonction de la disponibilité alimentaire. Une étude réalisée en Allemagne sur des données acquises durant une quarantaine d’années démontre que l’amélioration des habitats serait bien plus efficace que la régulation des populations de renards pour restaurer les populations de lièvres, lapins et perdrix.
L’arrêté autorisant le tir de nuit des renards pour l’année 2017 dans l’Aube faisant l’objet d’un recours et un arrêté analogue ayant été récemment annulé en Moselle, le Préfet a décidé de ne pas reconduire d’arrêté préfectoral autorisant le tir de nuit des renards par les lieutenants de louveterie pour l’année 2018.

Vous êtes ici : Accueil La LPO CA Actualités