183.jpg

Une semaine, une espèce

Canard pilet

Date de parution dans le JHM : 25 mars 2018canard pilet brenne 12 04 14 fourcaud denis 4

Silhouette élancée, tête brune, cou blanc avec une bande blanche remontant de chaque côté de la nuque, corps gris et longue queue effilée, le Canard pilet mâle en plumage nuptial est un canard de surface particulièrement élégant que l’on ne peut confondre avec aucune autre espèce.

La femelle, beaucoup plus discrète, puisqu’elle doit passer inaperçue lorsqu’elle couve, se distingue notamment des canes des canards colvert et chipeau à sa silhouette plus fine et son bec noirâtre. En plumage d’éclipse, après la reproduction, le mâle se fait beaucoup plus discret et ressemble à la femelle.

Une ponte étalée mais une éclosion synchronisée

Pour les oiseaux qui se reproduisent dans les régions nordiques, la saison favorable est souvent très courte. Il est donc important de ne pas perdre de temps. C’est pour cette raison que les couples se forment pendant l’hivernage et c’est la femelle qui commence à courtiser les mâles. C’est elle aussi qui se chargera de couver les œufs dans un nid garni de plantes et de plumes qu’elle arrache de sa poitrine, dégageant ainsi des plaques de peau très richement irriguées en vaisseaux sanguins, les plaques incubatrices, qui transmettent aux œufs la chaleur de son corps. Le mâle en étant dépourvu, il se contente de remplacer la femelle lorsqu’elle se nourrit pour éviter que les œufs se refroidissent. Les 7 à 11 œufs sont pondus chacun à un jour d’intervalle mais, comme les poussins quittent le nid quelques heures après l’éclosion, il est impératif qu’ils le fassent tous ensemble. L’incubation commence donc au dernier œuf pondu. Elle dure 22 jours, la durée la plus courte chez les anatidés, et les poussins commencent à appeler, à l’intérieur de l’œuf 4 jours avant l’éclosion, ce qui leur permet de se synchroniser.
Moins de 10 couples de Canards pilets nichent habituellement en France. C’est donc en migration ou en hivernage, essentiellement de début octobre jusqu’en avril, que l’on peut observer cette belle espèce dans notre région. Il n’est pas rare de voir en ce moment des mâles à la poitrine teintée d’ocre orangé. Cela indique que ces grands migrateurs reviennent d’Afrique subsaharienne où leur plumage a été coloré par la latérite.

Gérard Rolin

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

 Chaque semaine, le magazine dominical du Journal de la Haute-Marne publie une rubrique intitulée « Une semaine, une espèce ». Les articles sont rédigés par la LPO Champagne-Ardenne et BirDer.
 

logo LPO CA       logo jhm   birder    

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer