Une semaine, une espèce

Grimpereau des jardins

Date de parution dans le JHM : 15 juillet 2018Grimpereau des jardins

Pas plus gros qu’une Mésange bleue, le Grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla) est également cavernicole. Il fréquente principalement les vieux arbres et installe son nid dans une anfractuosité en général dissimulé derrière un morceau d'écorce décollé ou une fente d’un tronc mais il peut également profiter d’une cavité dans un édifice, de l’espace sous une tuile voire d’un nichoir pour peu qu’il soit spécifiquement configuré.

Comme son nom l’indique cet oiseau passe son temps à grimper le long des troncs. Il possède un "équipement" parfaitement adapté à cet exercice. Une queue rigide sur laquelle il peut s’appuyer, un bec fin et recourbé ce qui lui permet de capturer aisément les minuscules insectes ou leurs larves dans les interstices du bois ou dans les lichens. En outre, son plumage rayé de brun plus ou moins marqué lui permet de se confondre avec l’écorce des arbres.

Une espèce en bonne santé

Contrairement à la Sitelle torchepot avec laquelle il partage les mêmes milieux, le grimpereau n’a pas la capacité de marcher la tête en bas. Il gravit le tronc donc du pied au sommet, en spirale, avant de s’envoler pour revenir au sol et de recommencer son inspection sur un autre arbre. Son nid est composé de feuilles, de brindilles, de mousse qu’il garnit de poils, de plumes ou encore de brins de laine. La femelle y dépose 5 ou 6 œufs. L’incubation dure une quinzaine de jours et jeunes quittent le nid deux semaines après leur éclosion. Sédentaire, on trouve le grimpereau des jardins en forêt mais aussi dans les parcs urbains à la différence de son cousin le grimpereau des bois (qui présente un plumage similaire) qui est une espèce exclusivement forestière.

Les suivis réalisés au niveau régional indiquent que les effectifs sont stables depuis une quinzaine d’années. Il est toutefois essentiel de veiller à maintenir les éléments forestiers (bosquets en plaine, végétation en bordure de routes ou de voies ferrées...) et en particulier les arbres matures pour maintenir cette stabilité.

Étienne Clément

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

 

logo LPO CA       logo jhm   birder    

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous êtes ici : Accueil Découverte Une semaine, une espèce Grimpereau des jardins