197.jpg

Une semaine, une espèce

Citron

citron Date de parution dans le JHM : 24 février 2019

Un papillon à la place d’un oiseau? Gageons que celles et ceux parmi vous qui attendent avec impatience l’oiseau de la semaine suivante ne seront pas déçus par cette intrusion. Depuis plus de 3 ans, nous vous présentons une espèce d’oiseau haut-marnaise par semaine. Comme notre département n’est pas encore en zone tropicale, nous arriverons bientôt à la fin des espèces normalement présentes et il nous a semblé intéressant de vous présenter aussi en alternance d’autres espèces et, pour commencer, un papillon remarquable : le Citron (Gonopteryx rhamni).


Dès les premiers beaux jours de février, le Citron mâle fait son apparition, facilement reconnaissable à la couleur de l’intérieur de ses ailes qui lui a valu son nom. La femelle, presque blanche, ne se montrera que 2 ou 3 semaines plus tard. S’il fait partie de nos papillons communs, il n’en est pas moins un insecte extraordinaire, ne serait-ce que par sa longévité record puisqu’il est capable de vivre presque un an !

Bien manger et bien se reposer, le secret de la longévité

Beaucoup de gens pensent que tous les papillons ne vivent que très peu de temps. Les Citrons que nous observons tout au long de l’année sont les mêmes individus. Sorti de sa chrysalide vers le mois de mai, l’imago, c’est-à-dire l’insecte adulte, passe les premiers mois de son existence à se nourrir et à accumuler des réserves. Viendra ensuite une longue période de repos à l’abri dans une zone fraiche et ombragée pour ne pas se dépenser pendant les chaleurs estivales. Le revers de ses ailes, moins coloré que l’intérieur, imitant les nervures d’une feuille, lui assure un bon camouflage. Il reprend de l’activité en fin d’été pour refaire ses réserves et préparer son hibernation, caché sous des feuilles mortes, dans un buisson de ronces ou dans du lierre. Secrétant un antigel proche de celui que nous utilisons pour nos voitures, il ne craint pas les rigueurs hivernales et se montre à nouveau dès que la température atteint une douzaine de degrés. Mâle et femelle s’accouplent à l’issue d’un vol de parade parfaitement synchronisé et la femelle disperse ses œufs sur les bourgeons tout juste éclatés de la Bourdaine. Les chenilles vertes, très mimétiques se développent en 3 semaines environ avant de se chrysalider, amarrées par une ceinture de soie, le plus souvent à l’horizontale sous une petite branche. Le papillon éclot 3 semaines plus tard et perpétuera son espèce, si tout va bien, au printemps suivant.

Gérard Rolin

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

 Chaque semaine, le magazine dominical du Journal de la Haute-Marne publie une rubrique intitulée « Une semaine, une espèce ». Les articles sont rédigés par la LPO Champagne-Ardenne et BirDer.
 

logo LPO CA       logo jhm   birder    

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer