130.jpg

Une semaine, une espèce

Grand Mars changeant

grand mars changeant Date de parution dans le JHM : 2 juin 2019

Atteignant 8 cm d’envergure, le Grand Mars changeant (Apatura iris) est l’un de nos plus grands papillons diurnes. Avec son « petit frère » le Petit Mars changeant, il est le seul de nos papillons dont la structure particulière des écailles des ailes du mâle fait passer sa couleur au bleu-violet lorsque l’incidence de la lumière est favorable.

La femelle, plus grande que le mâle, se contente si l’on peut dire, d’ailes brun foncé sans reflet ornées de plages blanches. Lié aux saules marsault et cendré sur lesquels la femelle pond ses œufs, il fréquente les orées et allées de nos forêts de la mi-juin à la mi-août. L’éclosion des minuscules chenilles vertes se fait au terme de 15 jours d’incubation et leur croissance est particulièrement lente puisqu’il leur faudra 10 mois pour atteindre leur complet développement. Après une première mue, la chenille se pare de 2 cornes céphaliques rappelant celles des escargots. Elle mue une deuxième fois avant de s’amarrer solidement à son arbre nourricier, sur une branche ou dans une anfractuosité d’écorce où elle attendra le retour des beaux jours. La sécrétion d’un antigel proche de celui que nous utilisons pour nos voitures lui permet de survivre aux rigueurs de l’hiver. Son activité reprend dès le mois de mars avec le débourrage des bourgeons de saule. Au terme de son développement, elle cesse de s’alimenter et purge son intestin avant de se fixer, tête en bas, à la base d’une feuille, grâce à un organe spécial ayant la structure du velcro, à une petite nappe de soie tissée au préalable. Elle s’y transformera en une chrysalide vert clair dont la forme imite celle de la feuille support. Si tout va bien, l’éclosion aura deux quelques semaines plus tard.

Des préférences alimentaires bien particulières

Alors que la plupart des papillons sont des butineurs, le Grand Mars changeant a des préférences alimentaires très éloignées des nôtres. S’il se nourrit des exsudations des plantes et du miellat laissé sur le feuillage par les pucerons, c’est surtout un grand amateur de crottins et autres excréments ainsi que de charognes. Habitant des frondaisons de nos forêts, il quitte alors les arbres pour venir se nourrir au sol et c’est alors le moment idéal pour l’admirer.

Gérard Rolin

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

 Chaque semaine, le magazine dominical du Journal de la Haute-Marne publie une rubrique intitulée « Une semaine, une espèce ». Les articles sont rédigés par la LPO Champagne-Ardenne et BirDer.
 

logo LPO CA       logo jhm   birder    

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous êtes ici : Accueil Découverte Une semaine, une espèce Grand Mars changeant