6.jpg

Une semaine, une espèce

Grimpereau des bois

grimpereau des bois Date de parution dans le JHM : 28 juillet 2019

Une fois n’est pas coutume, nous allons parler aujourd’hui d’une espèce en expansion dans notre région : le Grimpereau des bois (Certhia familiaris). Autrefois décrit comme un passereau de vieilles futaies de moyenne montagne, il a récemment colonisé des forêts de plaine et a été repéré pour la première fois en Champagne-Ardenne au début des années 80.

La première nidification dans l’est de la Haute-Marne a été constatée en 1994 puis en Champagne humide il y a moins de 10 ans. L’hypothèse la plus vraisemblable pour expliquer cette évolution est la bonne santé des populations limitrophes de Belgique et des Vosges poussant les juvéniles à chercher des territoires inoccupés. Il faut dire que, contrairement au Grimpereau des jardins qui fréquente une grande diversité de milieux, celui des bois est strictement inféodé aux massifs forestiers où la présence de vieux arbres crevassés lui est indispensable pour nicher.

Deux espèces extrêmement semblables.

Lorsqu’ils cohabitent, comme c’est le cas dans nos forêts, Grimpereau des bois (et notamment sa sous-espèce présente ici) et des jardins sont peut-être les oiseaux d’Europe les plus difficiles à distinguer l’un de l’autre avec certitude, sauf par la voix, d’autant plus que ces petits passereaux (12 cm de long pour 9 grammes !) sont toujours en mouvement. Les différences de plumage sont très subtiles (coloration générale et dessins des ailes) et l’ongle postérieur du Grimpereau des jardins est plus court que celui des bois, ce qui n’est pas facile à apprécier sur le terrain. Compte-tenu de cette très grande ressemblance, j’ai d’ailleurs pris la liberté d’illustrer cet article avec une photo de Grimpereau des jardins, car nous ne disposions pas d’un bon cliché de celui qui nous intéresse aujourd’hui. Oiseaux strictement insectivores, les Grimpereaux doivent à leur petite taille qui  leur permet d’inspecter les moindres recoins des écorces, de pouvoir trouver de quoi s’alimenter même en plein hiver. Ils sont donc présents toute l’année. Le nid, construit derrière l’écorce d’un arbre avec des végétaux et garni de plumes et de duvet, accueille le plus souvent 1 seule ponte par an de 5 à 6 œufs,  couvés pendant 2 semaines par la femelle. Les jeunes quittent le nid à l’âge de 2 semaines mais reviennent y dormir pendant encore quelques jours.

Gérard Rolin

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

 Chaque semaine, le magazine dominical du Journal de la Haute-Marne publie une rubrique intitulée « Une semaine, une espèce ». Les articles sont rédigés par la LPO Champagne-Ardenne et BirDer.
 

logo LPO CA       logo jhm   birder    

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous êtes ici : Accueil Découverte Une semaine, une espèce Grimpereau des bois