gh1.jpg

Une semaine, une espèce

Effraie des clochers

Photo : Etienne Clément

Date de parution dans le JHM : 6 mars 2016

Longtemps considéré comme un oiseau de mauvais augure, l’Effraie des clochers (Tyto alba) doit son nom au fait qu’elle squatte certains bâtiments également fréquenté par l’homme. L’engrillagement des églises la contraint aujourd’hui à s’installer davantage dans des granges ou des greniers pour peu qu’ils soient accessibles et relativement tranquilles.

La période de reproduction se déroule principalement d’avril à mai. Très sommaire, le nid peut accueillir de 4 à 12 œufs. La taille de la couvée dépend de l’abondance de la ressource alimentaire. En l’occurrence et principalement des rongeurs (campagnols, musaraignes, mulots). Son rôle est donc très important pour la protection des cultures. A l’éclosion, la femelle nourrit les jeunes en déchiquetant la nourriture apportée par le mâle tout en continuant à couver les œufs encore non éclos.

Les jeunes quittent le nid entre 50 et 70 jours après leur éclosion. Ils deviennent réellement indépendants 3 à 5 semaines plus tard.

Adaptée à la chasse de nuit

Egalement dénommée la « Dame blanche » en référence à son plumage ventral entièrement blanc, la chouette effraie a développé des spécificités morphologiques lui permettant d’être parfaitement adaptée pour la chasse nocturne. Elle possède notamment une ouïe particulièrement développée. Son disque facial en forme de cœur lui permet de concentrer les sons vers ses conduits auditifs. De plus, le bord de ses ailes est pourvu de sourdines ce qui lui permet de voler sans aucun bruit et de surprendre ses proies. La forme de ses vertèbres cervicales lui permet de tourner à tête à 270 degrés pour disposer d’une vision panoramique sur son terrain de chasse.

Pose de nichoirs

Afin de compenser la raréfaction de ses sites "naturels" de nidification, la LPO procède régulièrement à la pose de nichoirs. C’est notamment le cas autour du Der et dans le sud du département. Les adultes et les jeunes sont bagués chaque année ce qui permet d’assurer un suivi de l’espèce.

Etienne Clément

 

 Chaque semaine, le magazine dominical du Journal de la Haute-Marne publie une rubrique intitulée « Une semaine, une espèce ». Les articles sont rédigés par la LPO Champagne-Ardenne et BirDer.
 

logo LPO CA       logo jhm   birder    

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous êtes ici : Accueil Découverte Une semaine, une espèce Effraie des clochers