Une semaine, une espèce

Milan noir

milan noir zyg1624 christine tomasson lddDate de parution dans le JHM : 29 mai 2016

Le vautour champenois

Le Milan noir passe inaperçu et est le plus souvent confondu avec la Buse variable. Même si sa taille et son envergure s’en rapprochent, sa queue triangulaire et son écologie l’en distinguent fortement.

 

Les deux sexes sont identiques et possèdent un plumage qui parait uniformémemt sombre quand on l’observe trop rapidement. Il est pourtant brun sur le dessus tandis que le dessous, plus roux et strié de noir, tire sur le gris. La tête est blanc brunâtre strié de brun. Les adultes sont très fidèles aux sites de reproductions et nichent sur les lisières forestières bordant les zones de prairies ou les plans d’eau (lacs et étangs). En période de reproduction, on peut facilement observer sur certains secteurs des concentrations de 10 à 15 oiseaux de cette espèce charognarde derrière les faucheuses et moissonneuses (foin, luzerne...).

 

Un migrateur transaharien

Les premiers oiseaux arrivent début mars et des parades aériennes spectaculaires et démonstratives débutent alors. La construction du nid est immédiate et la ponte rapide. Les premiers envols de jeunes se déroulent fin juin. La migration post-nuptiale estivale est fulgurante avec des groupes de plusieurs dizaines voire centaines d’oiseaux observés en stationnement sur les zones les plus favorables (décharges par exemple). Les observations sont plus rares en septembre et exceptionnelles en octobre. Charognard, se nourrissant d’animaux morts le Milan noir est une espèce très vulnérable aux empoisonnements volontaires (Carbofuran) ou indirects lors des campagnes d’empoisonement des campagnols (bromabiolone, pesticides...). Il n’aspire pourtant qu’à jouer son indispensable rôle d’éboueur naturel.

Christophe Hervé

 

 

logo LPO CA       logo jhm   birder    

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer