187.jpg

Une semaine, une espèce

Chevalier arlequin

Chevalier arlequinDate de parution dans le JHM : 28 août 2016

Au fil de l’année, on rencontre normalement dans notre région 6 espèces de « chevaliers », oiseaux limicoles appelés ainsi parce qu’ils sont haut perchés.
En plumage nuptial, comme on le voit parfois en avril-mai ou au début de la migration post nuptiale, de juillet à septembre, le Chevalier Arlequin (Tringa erythropus) se reconnaît aisément à son plumage noir ponctué de blanc sur le dos. Ses longues pattes rouges et son long bec fin noir à base rouge sont d’autres critères d’identification.

En dehors de la période de reproduction, il est gris clair à ventre presque blanc avec un sourcil blanc et un trait noir entre l’œil et le bec. Long de 32 cm, il fait partie des grands chevaliers.
Nichant dans les régions arctiques de Scandinavie et de Sibérie et hivernant au sud du Sahara, il fait escale chez nous pour reprendre des forces et faires des réserves de graisse (son carburant), ayant parfois besoin de reprendre 50% de son poids. On le voit alors chercher de petits invertébrés dans la vase ou marchant dans l’eau ou même nageant pour y capturer de petites proies en surface.

Une mère peu attentionnée

La femelle pond 4 oeufs dans une petite dépression aménagée sur le sol à proximité d’une zone humide . Elle commence à couver une fois le dernier œuf pondu mais repart vers le sud très tôt, souvent avant l’éclosion des œufs et laisse le mâle terminer la couvaison et se débrouiller avec la nichée. C’est donc lui qui emmènera ses poussins jusqu’au marais et les surveillera attentivement depuis un poste de guet jusqu’à ce qu’ils soient autonomes.
La femelle peut donc être visible chez nous dès la mi-juin alors que les mâles arrivent à partir de fin juillet et les jeunes un peu plus tard. Avec un effectif pouvant être compris entre 150 et 300 individus, le lac du Der est le site situé à l’intérieur des terres qui accueille le plus de Chevaliers arlequins en France. Une bonne raison pour venir y observer cet oiseau et de nombreuses autres espèces de limicoles pendant l’automne.

Gérard Rolin

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

 Chaque semaine, le magazine dominical du Journal de la Haute-Marne publie une rubrique intitulée « Une semaine, une espèce ». Les articles sont rédigés par la LPO Champagne-Ardenne et BirDer.
 

logo LPO CA       logo jhm   birder    

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous êtes ici : Accueil Découverte Une semaine, une espèce Chevalier arlequin