Une semaine, une espèce

Plongeon arctique

plongeon g rolinDate de parution dans le JHM : 30 octobre 2016

Novembre est habituellement, dans notre région, le meilleur mois pour l’observation des plongeons .  Sur les 5 espèces que compte cette famille d’oiseaux, 4 sont visibles en Europe et 3 sont observées annuellement sur le lac du Der, lorsque ces oiseaux font une halte sur nos grands plans d’eau en rejoignant leur zone d’hivernage méridionale.

Ils se tiennent alors le plus souvent au large ou sur les bassins les plus profonds, en quête des poissons et écrevisses qui composent l’essentiel de leur menu.

Ces oiseaux d’assez grande taille, le Plongeon arctique (Gavia arctica) est presque aussi grand qu’un cormoran, nichent à proximité de plans d’eau dans la toundra et hivernent le long des côtes, de la Mer du Nord à la Méditerranée.

N’ayant souvent que peu de contacts avec les hommes sur leurs sites de nidification les plus nordiques, ce sont généralement des oiseaux peu farouches mais parfois difficiles à repérer. En effet, comme leur nom l’indique, ce sont des oiseaux plongeurs, qui peuvent rester longtemps sous l’eau, jusqu’à 8 minutes. Il est alors facile de « passer à côté ».

Le Plongeon arctique, dans nos régions, s’observe essentiellement en plumage  internuptial. Il se reconnaît à sa silhouette, son bec en poignard, sa calotte, l’arrière de son cou et son dos gris et une tache blanche à l’arrière de la ligne de flottaison. En plumage nuptial, son dos s’orne d’un damier noir et blanc et le devant de son cou d’une grande tache noire.

Une lignée très ancienne

Parfaitement adaptés à la vie aquatique, les plongeons ne viennent à terre que pour nicher. Leurs pattes situées très en arrière du corps leur permettent de se propulser sous l’eau à la poursuite de leurs proies, mais ils se déplacent très difficilement à terre, généralement sur de très courtes distances, en effectuant de petits bonds. Capables de plonger à 75 mètres de profondeur, ils sont génétiquement proches des manchots. Les premiers fossiles de plongeons datent de 65 millions d’années, ce qui les classe parmi les plus primitifs des oiseaux actuels.

Gérard Rolin

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

 

logo LPO CA       logo jhm   birder    

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous êtes ici : Accueil Découverte Une semaine, une espèce Plongeon arctique