sd2.jpg

Lire la suite...Suite à une consultation ouverte au public du 11 au 31 janvier dernier la Préfecture de l’Aube vient de décider de ne pas reconduire l’arrêté préfectoral autorisant le tir de nuit des renards par les lieutenants de louveterie pour l’année 2018.
La LPO Champagne-Ardenne se félicite de cette décision qui va dans le sens des démarches qu’elle mène depuis plusieurs années pour réhabiliter cet animal.
Une grande majorité (96%) des avis reçus en Préfecture étaient en effet défavorables au maintien de ces tirs de nuit.

Une utilité reconnue

Lire la suite...Parmi les arguments retenus, le rapport indique notamment que « L’utilité du renard est reconnue via ses fonctions de prédation sur les micromammifères. De nombreuses publications préconisent de favoriser les prédateurs pour lutter efficacement contre les campagnols ». Le rapport précise encore que la pression de prédation exercée par le renard contribue à limiter les dégâts aux cultures et la propagation de certaines maladies telles que la maladie de Lyme, l’Échinococcose alvéolaire ou encore la Fièvre Hémorragique à Syndrome Rénal qui sont transmissibles à l’Homme.
Ces arguments viennent en contradiction de ceux déposés pour justifier les tirs de nuit dans la mesure où plusieurs études montrent qu’une trop forte régulation à des effets contreproductifs. Ainsi l’Office Mondiale de la Santé et le Ministère de l’Ecologie déconseillent l'abattage des renards pour lutter contre l'évolution de l'échinococcose.

Autorégulation des effectifs

Il est également précisé que l'espèce s'autorégule en fonction de la disponibilité alimentaire. Une étude réalisée en Allemagne sur des données acquises durant une quarantaine d’années démontre que l’amélioration des habitats serait bien plus efficace que la régulation des populations de renards pour restaurer les populations de lièvres, lapins et perdrix.
L’arrêté autorisant le tir de nuit des renards pour l’année 2017 dans l’Aube faisant l’objet d’un recours et un arrêté analogue ayant été récemment annulé en Moselle, le Préfet a décidé de ne pas reconduire d’arrêté préfectoral autorisant le tir de nuit des renards par les lieutenants de louveterie pour l’année 2018.

La LPO Champagne-Ardenne et le Conservatoire des espaces naturels de Champagne-Ardenne (CENCA) ont décidé de poursuivre les organisateurs du Teknival pour destruction d’habitat et d’espèces.

« Nous portons plainte pour destruction d’habitat, destruction d’espèces, bris de clôture et occupation d’un site dont nous avons la gestion », annonce Roger Gony, président du Cenca.
Nous envisageons d’attaquer l’État car les arrêtés préfectoraux pris pour interdire la manifestation ne l’exonèrent pas de sa responsabilité. Il aurait dû faire le nécessaire pour éviter l’occupation du site de Marigny en trouvant un terrain approprié.

Lire la suite...Étienne Clément, président de la LPO Champagne-Ardenne et du collectif LPO Grand Est précise :« On se rend toujours sur la pointe des pieds sur ce site afin de perturber le moins possible ses occupants.  Certaines espèces d’oiseaux qui y vivent, comme le Tarier des prés, le Petit Gravelot ou encore la pie Grièche écorcheur, sont considérées comme menacées du fait de la disparition de leur habitat".
Ils sont en pleine nidification. Quand ils reviendront, avec quatre jours sans la mère dessus, la couvée sera foutue. Cela signifie qu’il n’y aura pas de reproduction cette année, déplore Roger Gony.
 
Le site a été classé car c’est l’une des dernières pelouses sèches du département. « C’est-à-dire un terrain très pauvre, particulièrement bien drainé où l’eau ne reste pas en surface. C’est plus chaud qu’ailleurs. Cela convient aux insectes qui n’aiment pas l’humidité et à certaines plantes comme les orchidées qui y poussent. Hélas, ces fleurs se retrouvent sous les pneus des teknivaliers. J’ai pu le constater en me rendant sur place samedi, regrette Roger Gony.  Elles finiront par repousser mais ce sont des millions de graines qui ne partiront pas et des insectes qui seront privés de nourriture. »

Des années de protection des espèces anéanties

Selon la LPO-CA et le CENCA, le Teknival est en train de saccager des années d’efforts pour développer la végétation particulière du lieu et la reproduction d’oiseaux qui se font rares. « D’un côté, le CNRS alerte sur l’effondrement des effectifs d’oiseaux dans les campagnes et, de l’autre, l’État laisse un festival s’installer sur une zone où ils sont protégés. On ne comprend pas bien », dénonce Étienne Clément.

On connaît la solution pour qu’il ne revienne plus. Il faut transformer le terrain pour qu’il ne soit plus attractif. Nous avons notamment le projet de faire acheter le site par les communautés de communes pour y construire une station photovoltaïque. Si ce projet échoue, il restera l’option de retirer le béton. Sans béton, les teknivaliers ne viendront plus car ils ne veulent pas être dans la boue en cas de pluie.

Source : Journal l'Union de Reims

 

Lire la suite...Après 2001 et 2005 (où 2 morts ont été à déplorer), nous avons appris que le traditionnel Tecknival du 1er mai se déroulait actuellement et jusqu’à lundi sur le site de l’ancien aérodrome à Marigny-le-Grand dans la Marne.

Illégal (la Préfecture de la Marne a pris un arrêté d’interdiction), ce grand rassemblement devrait voir converger plusieurs dizaines de milliers de personnes dans cet ilot de verdure classé en zone d’importance pour la conservation des oiseaux (ZICO) et officiellement en Natura 2000 depuis le 1er juin 2015.

Il est évident que la tenue de cette manifestation, comme les précédentes, va avoir des incidences irrémédiables pour la biodiversité et anéantir des années d’efforts pour assurer la conservation de ce site qui constitue une des dernières pelouses sèches (savart) du département de la Marne et qui bénéficie de mesures de gestion par le Conservatoire des espaces naturels de Champagne-Ardenne.

C’est d’autant plus déplorable que cette manifestation intervient en pleine période de nidification pour l’avifaune.

Ce site est en effet un des derniers bastions pour le Tarier des prés. Il accueille également le Tarier pâtre, la pie grièche écorcheur, l’Oedicnème criard, le Petit Gravelot, la Huppe fasciée, le Tadorne de Belon.
Le Hibou des marais, le Traquet motteux, l’Alouette lulu, l’Outarde canepetière, l’Elanion blanc y ont également été observés sans considérer les nombreuses espèces d’orchidées et papillons dont l’Azuré du Thym, le Mercure, le Comma....

Nous sommes bien évidemment scandalisés par le comportement des organisateurs qui nous mettent devant le fait accompli.

Nous ne faisons pas les mêmes ″rêves″ !

Une plainte pour destruction d’habitats en zone protégée voire pour destruction d’espèces sera bien évidemment déposée dans les jours qui viennent.

La commune favorise l’essor de la biodiversité.

Charmante commune auboise, Champignol-lez-Mondeville accueillait le samedi 7 avril l’assemblée générale annuelle de la LPO Champagne-Ardenne. Une journée qui a permis de mettre notamment l’accent sur les différents aménagements qui vont être réalisés pour favoriser le maintien ou l’essor de la biodiversité.
Lire la suite...Le rendez-vous avait été fixé à 9h30 au vendangeoir Dumont pour partager une tasse de café et quelques croissants avant d’emboiter le pas de Julia D’Orchimont pour une petite balade matinale. L’occasion de présenter quelques-uns des sites qui accueilleront certains aménagements qui visent au maintien voire à l’essor de la biodiversité de proximité. Un programme d’actions définit suite à la réalisation en 2017 d’un diagnostic de la biodiversité communale. Un état des lieux qui a permis de relever les points forts et les fragilités dans ce domaine puis de faire un certain nombre de préconisations d’aménagements. Un programme financé à 100% par la Région Grand Est et par l’Etat dans le cadre du schéma régional de cohérence écologique.

Mares, haies, vergers...

Deux mares ont d’ores et déjà été creusées par le CPIE du Pays de Soulaines. Quelques 4 km de haies et 80 arbres fruitiers vont également être implantés à différents endroits du territoire communal et des pelouses vont être restaurées. Un partenariat qui a symboliquement donné lieu à la plantation d’un Sorbier des oiseleurs, un bel arbuste qui, et comme son l’indique, fait le bonheur des oiseaux mais aussi des abeilles. « Ce qui m’a séduit dans cette action c’est qu’on est tout de suite dans le concret » indique Fabrice François, le 1er magistrat de Champignol-lez-Mondeville. Un dispositif qui vient en cohérence avec la politique menée depuis plusieurs années dans cette commune qui a notamment abandonné les produits phytosanitaires depuis six ans déjà. Cette belle journée ensoleillée s’est prolongée à l’ombre de la salle des fêtes où les participants ont pu prendre connaissance du rapport d’activité et du bilan financier de l’année écoulée.

Lire la suite...

Dans le cadre du Programme régional d'actions mares du Grand Est coordonné par le CPIE du Pays de Soulaines et financé par les Agences de l'eau, la DREAL ainsi que la Région Grand Est, la LPO Champagne-Ardenne a d'ores-et-déjà créée 2 des 7 mares qui composeront prochainement le paysage de Charmont.

Les autres mares devraient voir le jour la semaine prochaine tandis que des travaux de création, également supervisés par la LPO, débuteront prochainement dans une autre commune. L'objectif de ses mares est de favoriser l'installation et le déplacement de la biodiversité liée à ces milieux aquatiques si particuliers. Celles-ci seront ensuite suivies d'année en année afin de vérifier leur évolution.

Lire la suite...Le 21 mars 2018, Fr3 Champagne-Ardenne a consacré un reportage à la disparition inquiètante des oiseaux des espaces agricoles.

 

 

 

 

Retrouvez ici ce reportage.

 

Lire la suite...

Le Corbeau freux a fait l'objet d'enquêtes sur son statut nicheur dans chacune des trois régions géographiques du Grand Est. En 2018, l'espèce a été choisie comme oiseau de l'année du Grand Est. L'enquête sera donc menée à cette échelle, avec des coordinateurs pour chacune des trois régions.

Lire la suite...Samedi 10 mars 2018

Malgré une matinée pluvieuse, 3 personnes sont venues découvrir le Coteau de la Fontaine à Ay-Champagne. La visite a permis de présenter le contexte historique de ce site mais aussi de présenter son évolution récente avec les multiples travaux de réouverture et de dépollution engagés ces dernières années.

L’occasion de tendre l’oreille et d’écouter les premiers chants d’oiseaux de l’année mais aussi de poser les yeux sur des rosettes basales d’Orchidées, qui devraient prochainement fleurir, et ainsi faire le lien avec le chantier prévu dans l’après-midi. Les participants ont pu entendre le chant du Rougegorge familier, du Bruant jaune ou encore de la Mésange charbonnière, observer une colonie de Choucas des tours unique en Champagne-Ardenne et aussi regarder quelques photos d’espèces d’Orchidées qui poussent naturellement dans le secteur.

L’après-midi, les premiers volontaires s’affairent dans la zone grillagée du site où subsiste encore un vestige de pelouse, peu à peu envahi par les ronces, les églantiers et par de la végétation arbustive et arborée. Au total 7 personnes sont venues couper, tailler et ramasser des branches afin d’élargir cette zone ouverte pour favoriser la colonisation de la végétation herbacée. L’objectif à terme est de retrouver une pelouse sèche agrémentée par quelques ourlets calcicoles. Ce milieu, appelé « savart champenois », étant susceptible d’abriter des espèces patrimoniales.

 

D'autres actus sur le site du Coteau de la Fontaine

Lire la suite...Du 1er mars au 30 avril 2018

A travers cette exposition, le photographe Jean-Louis Régnier vous invite à observer ces merveilleux spécimens à la Maison du Parc du 1er Mars au 30 Avril .

Lire la suite...

La migration de la Grue cendrée intrigue toujours autant le public et la presse ne s'en lasse pas. Ainsi, la LPO Champagne-Ardenne a répondu à quelques questions de France 3.

 

Pour en savoir plus, rendez-vous sur leur site.

 

 

 

Lac du Der : un nombre record de grues cendrées recensées (France 3 Grand Est)

Vous êtes ici : Accueil La LPO CA Actualités